You are viewing an incomplete version of our website. Please click to reload the website as full version.
Domaine :

Rôle des cytokératines dans la détection des tumeurs

Les cytokératines (CK ou, selon une nomenclature plus récente, aussi simplement désignées les kératines) sont des protéines intermédiaires produisant des filaments qui assurent un soutien mécanique et remplissent toute un éventail d'autres fonctions dans les . Elles font partie du cytosquelette et de la plus grande famille des protéines de filaments intermédiaires. On distingue deux types de cytokératines : les hétérodimères, appelés cytokératines acides de type I (de CK 9 à CK 23) et les cytokératines basiques de type II (de CK 1 à CK 8).

La nature particulière de ces hétérodimères permet de distinguer différentes epithelial cells, dans lesquelles elles s'expriment, et est devenue importante dans la classification des cellules cancéreuses. Les mutations de la plupart d'entre elles sont désormais associées à des troubles spécifiques liés à la fragilité des tissus, et les anticorps anti-cytokératines constituent d'importants marqueurs de la différenciation tissulaire.

Immunohistochimie des échantillons inclus dans la paraffine (couche basale de cellules cutanées humaines)

Plus important encore, elles représentent des outils dans le domaine de la pathologie diagnostique, principalement pour la détection des tumeurs. Les tumeurs primaires et les métastases d'un carcinome donné présentent le même schéma de cytokératines, ce qui les différencie des autres types de carcinomes, permettant ainsi de différencier les différentes tumeurs (Réf. 1-4).

À titre d'exemple, les mésothéliomes (une couche protectrice qui couvre la majorité des organes internes du corps) et les adénocarcinomes (qui trouvent leur origine dans les tissus glandulaires) peuvent être distingués par l'intermédiaire de la détection des Cytokeratin 5 (CK5). Des anomalies dans les engendrent des troubles cutanés héréditaires tels que l'épidermolyse bulleuse simple (EBS) ou la maladie de Dowling-Degos (DDD) (Réf. 5-7).

Les peuvent être utilisées comme instrument pour distinguer les carcinomes ovariens et gastrointestinaux, ou les carcinomes à cellules transitionnelles et le de la prostate. Dans les hépatocytes, l'expression atypique des constitue un marqueur de cirrhose biliaire primitive (Réf. 8-10).

Les et les ont un rôle structurel dans les épithéliums simples. De plus, elles jouent un rôle dans le signalement qui module la fixation des cellules, la synthèse des protéines, la transition de la phase G1 à la phase S, et l'adaptation au stress. Qui plus est, la peut être employée pour détecter l'apoptose et la nécrose des cellules tumorales induites par le traitement (Réf. 11-14).

Les carcinomes à cellules squameuses (qui assurent des fonctions de protection dans les échanges de nourriture) peuvent être diagnostiqués en utilisant les , et en tant que biomarqueurs.

Du fait que l'on estime que la est liée au maintien du caractère indifférencié d'une cellule, elle peut se révéler utile dans la détection de tout un éventail de tumeurs (Réf. 18-22).

Vous trouverez ci-dessous une liste destinée à vous aider à trouver ce dont vous avez besoin dans le cadre de votre recherche :

Carcinome Cytokératines Anticorps choisis
Carcinome hépatocellulaire 8, 18 Cytokeratin 8
Adénocarcinome du côlon, type 1 8, 18, 19 Cytokeratin 18
Adénocarcinome du colon, type 2 8, 17, 18, 19 Cytokeratin 17
Adénocarcinome de l'estomac 7, 8, 18, 19 Cytokeratin 7, 17
Adénocarcinome de l'œsophage 8, 18, 19 Cytokeratin 19
Adénocarcinome du pancréas 7, 8, 17, 18, 19 Cytokeratin 18
(Adéno-)carcinomes canalaires du sein, type 1 7, 8, 18, 19 Cytokeratin 19
Épithélioma basocellulaire 5, 6, 8, 14, 15, 17 Cytokeratin 5, 18
Carcinomes à cellules squameuses de la peau 5, 6, 11, 14, 16, 17 Cytokeratin pan
Carcinomes épidermoïdes de la langue 5, 6, 14, 16, 17 Cytokeratin 14
Carcinomes canalaires du sein, type 2 6, 7, 8, 11, 14, 16, 17, 18, 19 Cytokeratin 18
Carcinomes indifférenciés (à grandes cellules) des bronches 6, 7, 8, 17, 18, 19 Cytokeratin 18
Carcinomes solides du sinus maxillaire 5, 8, 17, 18, 19 Cytokeratin 17
Adamantinomes 4, 5, 8, 14, 15, 16, 17, 19 Cytokeratin 19
Carcinomes à cellules squameuse de l'épiglotte 4, 5, 6, 8, 14, 15, 16, 17, 18, 19 Cytokeratin 18
Carcinomes à cellules squameuse de l’œsophage 4, 5, 8, 14, 15, 16, 17, 19 Cytokeratin 14
Carcinomes à cellules squameuses de la région anale/rectale. 4, 5, 6, 8, 10, 11, 14, 15, 16, 17, 18, 19 Cytokeratin 10
Carcinomes cloacogéniques 1, 5, 6, 7, 8, 10, 11, 13, 14, 15, 17, 19 Cytokeratin 10, 13
Source: Moll R. et al; Cell 1982; 31: 11-24 (1). Varadhachary G.R. et al.; Cancer 2004; 100: 1776-1785 (2). Gusterson B.A. et al.; Breast Cancer Res. 2005; 7: 143-148 (3). Kanaji N. et al.; Lung Cancer 2007; 55: 295-302 (4). Moll R. et al.; Virchows Arch. B Cell Pathol. Incl. Mol. Pathol. 1989; 58: 129-145 (5). Rugg E.L. et al.; J. Invest. Dermatol. 2007; 127: 574-580 (6). Betz R.C. et al.; Am. J. Human Genet. 2006; 78: 510-519 (7). Ramaekers F. et al.; Am. J. Pathol. 1990; 136: 641-655 (8). Yabushita K. et al.; Liver 2001; 21: 50-55 (9). Chatzipantelis P. et al.; Hepatol. Res. 2006; 36: 182-187 (10). Galarneau L. et al.; Exp. Cell Res. 2007; 313: 179-194 (11). Ku N.-O. and Omary M.B.; J. Cell Biol. 2006; 174: 115-125 (12). Lau A.T. and Chiu J.F.; Cancer Res. 2007; 67: 2107-2113 (13). Linder S. et al; Cancer Lett. 2004; 214: 1-9 (14). van Dorst E.B.L. et al.; J. Clin. Pathol. 1998; 51: 679-684 (15). Maddox P. et al.; J. Clin. Pathol. 1999; 52: 41-46 (16). Toyoshima T. et al.; J. Cancer Res. Clin. Oncol. 2008; 134: 515-521 (17). Deshpande V. et al.; Am. J. Surg. Pathol. 2004; 28: 1145-1153 (18). Park Y.J. et al.; J. Korean Med. Sci. 2007; 22: 621-628 (19). Barroeta J.E. et al; Endocr. Pathol. 2006; 17: 225-234 (20). Ignatiadis M. et al.; J. Clin. Oncol. 2007; [Epub ahead of print] (21). Lindberg K. and Rheinwald J.G.; Am. J. Pathol. 1989; 134: 89-98 (22).