Dosage radio-immunologique

Le dosage radio-immunologique est un dosage in vitro destiné à évaluer la présence d'un antigène de manière extrêmement précise. Fondamentalement, toute substance biologique associée à un anticorps spécifique peut être mesurée, même en concentration infime. Le dosage radio-immunologique a été la première technique d'immunodosage développée pour analyser les concentrations nanomolaires et picomolaires d'hormones dans les liquides biologiques.


Méthode de dosage radio-immunologique

L'antigène cible est marqué de manière radioactive et lié à ses anticorps spécifiques (il convient d'ajouter une quantité limitée et connue de l'anticorps spécifique). Un échantillon, de sérum sanguin par exemple, est ensuite ajouté pour déclencher une réaction de compétition entre les antigènes marqués de la préparation et les antigènes non marqués de l'échantillon sérique, contenant les anticorps spécifiques. La compétition des anticorps libère une certaine quantité d'antigènes marqués. Cette quantité est proportionnelle au rapport antigènes marqués/antigènes non marqués. Une courbe de liaison peut alors être générée afin de déterminer la quantité d'antigènes dans le sérum du patient.

Cela signifie que puisque la concentration d'antigène non marqué est accrue, davantage d'antigènes se lient à l'anticorps, déplaçant alors le variant non marqué. Les antigènes liés sont ensuite séparés des antigènes non liés, et la radioactivité des antigènes libres restant dans le surnageant est mesurée. Une courbe de liaison peut être générée au moyen d'un étalon connu afin de déterminer la quantité d'antigènes dans le sérum du patient.

Le dosage radio-immunologique est une ancienne technique de dosage qui continue d'être largement utilisée et d'offrir divers avantages en termes de simplicité et de sensibilité.

Conseil : Sur le site anticorps-enligne.fr, vous trouverez plus de

Substances et équipement requis :

1. Antisérum spécifique à l'antigène à doser
2. Disponibilité d'une forme marquée par une substance radioactive de l'antigène
3. Une méthode par laquelle il est possible de séparer le traceur lié à l'anticorps du traceur non lié.
4. Instrument permettant de mesurer la radioactivité

Radioactivité :

Des marqueurs 125-l sont généralement utilisés, même si d'autres isotopes comme les C14 et H3 ont également été employés. Généralement, un antigène radio-marqué (125-l) ayant une activité hautement spécifique est préparé par iodation de l'antigène pur sur son ou ses résidus de tyrosine à l'aide de chloramine-T ou de peroxydase, puis séparation de l'antigène radio-marqué de l'isotope libre par chromatographie sur gel ou CLHP. Parmi les autres composants importants du dosage radio-immunologique figurent l'anticorps spécifique dirigé contre l'antigène et l'antigène pur qui servira d'étalon.

Techniques de séparation :

Des techniques de double anticorps, charbon, cellulose, chromatographie ou phase solide sont appliquées pour séparer les antigènes radio-marqués libres des antigènes liés. On utilise le plus souvent la technique du double anticorps combiné à du polyéthylène. La liaison ou la fraction libre est déterminée à l'aide d'un compteur gamma.

Simultanément, une courbe d'étalonnage ou standard est générée à partir des échantillons des étalons non marqués dont les concentrations sont connues. La quantité d'antigènes dans des échantillons non connus peut être calculée sur la base de cette courbe.

Sensibilité :

La sensibilité peut être améliorée en diminuant la quantité d'antigènes radio-marqués et/ou d'anticorps. La sensibilité peut également être améliorée grâce à ce que l'on appelle incubation de déséquilibre. Dans ce cas, l'antigène radiomarqué est ajouté après une incubation initiale de l'antigène et de l'anticorps.

Résolution des problèmes :

L'anticorps doit être spécifique à l'antigène analysé (aucun autre antigène ne doit interagir avec l'anticorps). En cas de réaction croisée, il est conseillé de sélectionner un autre anticorps ou de purifier l'anticorps de l'antigène présentant une réaction croisée par chromatographie d'affinitié.

Source: Patrono, C. and Peskar, B.A. (eds) Radioimmunoassay in basic and clinical pharmacology. Heidelberg, Springer-Verlag, 1987.