Les anticorps secondaires

Sélection d'anticorps secondaires :

  • Déterminer dans quelles espèces l'anticorps primaire a été levé
  • Déterminer à quelle sous-catégorie appartient l'anticorps primaire
  • Sélectionner un marqueur approprié pour l'anticorps secondaires
  • S'assurer que les anticorps secondaires jouent leur rôle dans la condition d'application spécifique
  • Le site anticorps-enligne.fr propose tout un éventail d'anticorps secondaires
Marqueurs des anticorps

Les anticorps secondaires sont généralement utilisés dans des applications spécifiques. Pour une application donnée, plusieurs anticorps secondaires similaires peuvent être disponibles. Si les anticorps primaires sont levés pour détecter un antigène donné, les anticorps secondaires ont pour but de détecter un anticorps primaire.
Pour ce faire, ils sont généralement repérés à l'aide de marqueurs, ou de conjugés, dans le but de détecter et de visualiser les anticorps primaires, le plus souvent via détection colorimétrique ou émission d'un signal lumineux. Les anticorps secondaires peuvent être marqués à l'enzyme (peroxydase, phosphatase alcaline), marqués par fluorescence (par ex., FITC, Alexa-Fluor, Qdot) ou conjugués à une biotine. La peroxydase est une enzyme économique, rapide et plus stable, tandis que la phosphatase alcaline est considérée comme plus sensible que la peroxydase en cas de détection colorimétrique. Les anticorps marqués par fluorescence sont souvent utilisés pour des méthodes de coloration double ou multiple. De manière générale, n'importe quel marqueur ou repère peut être retenu, en fonction de l'application et l'objet de la recherche. En cas de détection simultanée de différents antigènes dans le même échantillon (dans un échantillon IHC par exemple), il est nécessaire de sélectionner des catégories d'anticorps monoclonaux différentes (afin d'éviter toute interférence de la liaison secondaire) et des marqueurs distincts pour distinguer les signaux de l'antigène.

Haut de la page

Catégories d'anticorps

Au moment de choisir un anticorps secondaires, les critères de sélection consistent avant tout à sélectionner l'anticorps secondaires qui convient pour la reconnaissance de l'anticorps primaire approprié (IgG, IgM, IgE, IgD ou IgA). La principale différence entre ces isoformes résident dans leurs chaînes lourdes. Ces dernières sont désignées par des lettres grecques qui servent de base aux noms des anticorps : gamma, mu, epsilon, delta et alpha. Chaque anticorps possède deux chaînes légères (kappa ou lambda chez les mammifères) quoi doivent également être prises en considération pour certaines applications (à l'évidence si l'anticorps secondaire ne doit pas se lier au fragment Fc ou à d'autres régions des chaînes lourdes).

Pour sélectionner l'anticorps secondaire adéquat, il convient d'observer le sous-type spécifique dans la plupart des cas, en d'autres termes, si la sous-catégorie est IgG1, IgG2a, IgG2b, IgG2c, IgG3, etc. Cependant, les anticorps secondaires anti-IgG généraux peuvent reconnaître plusieurs sous-types. De plus, l'anticorps secondaires peut se lier à tous les fragments de l'IgG totale (chaînes lourde et légère, H+L), ou uniquement aux fragments Fab ou Fc, ou encore, uniquement à la chaîne γ (gamma). Néanmoins, d'autres sont spécifiques aux chaînes lourdes de l'IgM (μ ou Fc5μ), ou aux chaînes légères λ (lambda) ou κ (kappa) communes à toutes les immunoglobulines (IgG, IgA, IgD, IgE, et IgM).

L'anticorps secondaires fera généralement partie des catégories IgG ou IgM.

Haut de la page

Fragments d'anticorps

Un anticorps secondaires peut également être défini comme un anticorps se liant à des anticorps primaires ou à des fragments d'anticorps. Les anticorps secondaires peuvent être polyclonaux ou monoclonaux, même s'ils proviennent le plus souvent de sources polyclonales et sont purifiés par affinité et dirigés contre l'épitope pour lequel ils ont été développés. Les anticorps secondaires peuvent donc être spécifiques à des molécules Ig totales ou à des fragments d'anticorps primaires tels que les fragments Fc ou Fab.

Les fragments Fc et Fab peuvent être générés grâce à l'enzyme papaïne qui peut être utilisée pour cliver un monomère d'immunoglobuline en deux fragments Fab et un fragment Fc. L'enzyme protéolytique pepsine clive en dessous de la région charnière, formant alors un fragment F(ab')2 et un fragment pFc'. Le fragment F(ab')2 peut être divisé en deux fragments Fab' par réaction de réduction.

Pour certaines applications, les fragments d'anticorps servent d'anticorps primaire pour obtenir des résultats optimaux. Dans ce cas, on utilise un anticorp secondaire qui est spécifique au fragment d'anticorps primaire. Par exemple, dans le cadre de l', il est possible de réduire les bruits de fond si un fragment Fab de l'anticorps primaire est utilisé au lieu de la molécule d'anticorps toute entière, car la liaison aux molécules Fc endogènes de l'échantillon ne se produit pas avec des anticorps secondaires spécifiques aux fragments Fab.

La situation est différente lorsque l'anticorps secondaire lui-même est un fragment. Par exemple, avec des tissus ou des cellules dotés de récepteurs Fc (thymus, rate, sang, cellules hématopoïétiques, leucocytes, lymphocytes B, etc.), un anticorp secondaire de fragment F(ab')2 peut être choisi pour éviter que l'anticorps secondaire ne se lie au récepteur Fc dans les cellules.

Haut de la page

Espèces hôtes et spécificités des anticorps secondaires

La plupart des anticorps primaires sont générés dans des souris ou des lapins faisant office d'espèces hôtes. C'est la raison pour laquelle les catégories d'anticorps secondaires les plus connues sont les anti-IgG de souris et les anti-IgG de lapin. Cependant, il existe toute une gamme d'autres anticorps spécifiques. Les anticorps secondaires monoclonaux sont issus de souris et de lapins, en utilisant les mêmes techniques de base que pour la production des anticorps primaires. Les anticorps polyclonaux pour la production de l'anticorps secondaires sont issus d'espèces comme le lapin, la chèvre, le mouton ou l'âne. La chèvre, par exemple, est l'espèce hôte la plus fréquemment et la plus facilement utilisée par les fabricants pour produire des anticorps secondaires anti-souris et anti-lapin polyclonaux.

Le site anticorps-enligne.fr propose une grande variété d' anticorps secondaires, des plus courants aux plus inhabituels. Plusieurs sortes d'anticorps secondaires anti-souris et anti-lapin issus d'autres espèces hôtes sont également disponibles. Veuillez vous reporter au tableau ci-dessous pour trouver des anticorps secondaires associés à des combinaisons d'espèces hôtes communes ou particulières et diverses options de conjugaison.

Vous trouverez ci-dessous des listes de :
» Immunoglobulin G (IgG) secondary antibodies
» Immunoglobulin A (IgA) secondary antibodies
» Immunoglobulin E (IgE) secondary antibodies
» Immunoglobulin D (IgD) secondary antibodies
» Immunoglobulin M (IgM) secondary antibodies
» Immunoglobulin Y (IgY) secondary antibodies